"La recherche du bien-être a toujours été au centre de nos préoccupations, à toutes les époques et à tous les âges. Pour vivre heureux, nous cherchons tous à atteindre une certaine harmonie entre le corps et l’esprit. En somme, nous aspirons tous à vivre heureux. Être en bonne santé physique ne suffit pas, il faut aussi que le moral suive. De plus en plus de professionnels de la santé s’intéressent aux répercussions psychosomatiques, en raison de l’importance du bien-être de l’esprit pour le bien-être du corps. À l’inverse, être en bonne santé physiquement facilite notre épanouissement émotionnel et psychologique" (Le Guide des Psychothérapie, p13).

Identifier son mal-être

Un mal-être peut se traduire par divers signes : manque de tonus ou de vitalité (atonie), une fatigue physique ou nerveuse (grande lassitude que le sommeil ne guérit pas) ou généralisée (moralement aussi), une irritabilité, un ras-le-bol général, des ruminations, des insomnies, des pensées très négatives, des hauts et bas fréquents, des soupirs, une envie de pleurer sans raison,... 

Un mal-être peut être lié également à une dimension plus relationnelle : conflits familiaux, difficultés dans les relations parents-enfants, des rapports hommes-femmes, de la peur de l’accouchement, du baby blues, de la peur de l’abandon, des difficultés dans les relations professionnelles, …

Une fois ce mal-être identifié, il est nécessaire de déterminer par la ou les raison(s) de ce mal-être. 

 Aller plus loin:

- "Les différentes formes de mal-être"

Consulter... ou pas?

Un grand nombre de difficultés sont prises en charge par les relais naturels de la communauté. En effet, les relations familiales, amicales, sociales et professionnelles de la vie quotidienne peuvent avoir un effet bénéfique et permettent de résoudre la plupart des tensions ou conflits.

L'idée d'aller consulter un professionnel arrive souvent à partir de questions ou de difficultés qui se répètent et qui ne trouvent pas de réponses ou de solutions, malgré diverses tentatives. L'idée de consulter peut provenir de vous-même ou de votre médecin traitant ou de quelqu'un de votre entourage qui vous recommande d'aller rencontrer un professionnel.

Consulter un professionnel peut également se décider de soi-même, pour soi-même, sans qu'il y ait de difficulté ou de trouble particulier. Il y a alors une volonté d'entamer un travail sur soi-même. Après tout, il n'est pas nécessaire de vivre un mal-être pour consulter "quelqu'un". Certains le font pour apprendre à mieux se connaître, à mieux gérer leurs émotions ou encore pour trouver réponse à des questions qu'ils se posent. D'autres le font aussi dans le cadre d'une formation, afin de devenir un professionnel de la santé, de la santé mentale et du bien-être à leur tour. Cela peut se faire aussi en tant que professionnel afin d'être dans les meilleures dispositions possibles à leur travail.

Un questionnaire pour vous guider...

Avant d'entreprendre un suivi ou une psycho-thérapie, il est naturel de se poser un certain nombre de questions. B.HANIN (psychanalyste) et A.BRACONNIER (psychiatre et psychanalyste) vous propose un questionnaire pour vous aider à clarifier votre démarche*.

La liste de questions (à télécharger ci-dessous) présente des phrases inachevées ou des mots-clés. Ces points sont importants lorsque l'on envisage une thérapie et lors du choix d'une forme de thérapie ou d'un thérapeute.

Fichier à télécharger (pdf)

*Source : HANIN, B. ; BRACONNIER, A., Comment décide-t-on de faire une psychothérapie, IN WIDLOCHER, D. (2006), Choisir sa psychothérapie, pp. Empl. Kindle 439-527 sur 7451.

 

Article(s) intéressant(s) sur le Blog de Nariku

Consulter un psy : 8 raisons qui font hésiter...